logo Radio Espérance

Historique et dates clés

Petite Histoire de Radio-Espérance. Naissance d’une radio libre

Au commencement, il y avait quatre amis : un vieux prêtre, quelques bénévoles ; du matériel de récupération, un émetteur bricolé, deux pièces en sous-sol, une antenne sur le toit, un emprunt de 35 000 Fr, ce fut le début de la « présence catholique sur les ondes ».

Le 1er août 1982, création de « l’Association chrétienne pour la diffusion de la culture populaire en Forez » (région stéphanoise), et le 8 décembre 1982, c’est la première émission de Radio Espérance, diffusée depuis une colline de Saint-Étienne, rue de l’Éternité.

Son adolescence

Les bénévoles arrivent toujours plus nombreux. Il est temps maintenant de chercher un local plus spacieux. En juin 1983, la radio s’installe dans l’aile d’un ancien couvent, rue Buisson à Saint-Étienne.

L’émetteur est installé sur une colline dominant la ville. Le pylône porté à dos d’homme, élevé à la main, en défiant les lois de l’équilibre. C’était encore l’époque (le bon temps !) des radios libres.

En août de la même année, première grande retransmission avec la diffusion de l’intégralité du voyage du Pape à Lourdes. Radio Espérance a été la seule radio locale à couvrir l’événement.

Le 13 février 1985, les fondateurs de Radio Espérance rencontrent Jean Paul II, qui déclare à leur micro : « Je suis avec vous. Je prie avec vous. Continuez ! » Formidable encouragement, et confirmation de la mission des fidèles laïcs de l’Église catholique, ainsi que de la mission de Radio Espérance.

La programmation de Radio Espérance s’organise peu à peu. C’est le 25 décembre 1985 que, pour la première fois, la messe de minuit est diffusée. En 1986, c’est au tour de tous les offices de la Semaine Sainte. Le jour de l’ouverture de l’année mariale, le samedi de la Pentecôte 1987, la diffusion quotidienne de la messe débute sur les ondes. Dans cette programmation, l’aspect culturel n’est pas oublié, telle la diffusion du premier festival des artistes chrétiens « Magnificat ».

Ces années confirmeront la double volonté de Radio Espérance de donner une place importante à la Liturgie et d’être particulièrement à l’écoute du Saint-Père, avec la retransmission de ses voyages : à Lyon en octobre 1986, et en Alsace en octobre 1988.

Son extension, bien au-delà du Forez

Dans le même temps, Radio Espérance connaît une période de développement avec l’installation d’émetteurs,(financée par des dons), dans la région Rhône-Alpes : Roanne, en1986 – Montceau-les-Mines, en 1987 – Autun, Bourg-en-Bresse et Vienne, en 1988 – Chambéry, en 1989 – Paray-le-Monial, Gap et Annonay, en 1991 – Clermont-Ferrand, Limoges et Guéret, en 1992. Plus tard, d’autres fréquences seront obtenues : Embrun en 1994 et Bourg-Argental en l’an 2000.

De ce fait, le 8 septembre 1987, l’association exploitant le service de radiodiffusion « Radio Espérance », devient « Association Chrétienne pour la diffusion de la culture populaire en France ». Le besoin d’une « Présence catholique sur les ondes » se manifeste. Radio Espérance apparaît alors comme un « service d’utilité publique » reconnu par « le peuple de Dieu ».

Le soutien financier sans faille des auditeurs le confirme

C’est le temps des grandes retransmissions avec le Pape Jean-Paul II pour les journées mondiales de la jeunesse, à St Jacques de Compostelle en Espagne, en 1989, Prague en Tchécoslovaquie en 1990, et à Czestochowa en Pologne, en 1991.

C’est aussi le temps où de jeunes animateurs de la radio prennent des initiatives pour l’acheminement de convois humanitaires en Croatie. À cette occasion, des émissions hebdomadaires avec une radio croate seront réalisées pendant quelque temps.

Le numérique : du CD au satellite

Les moyens de diffusion eux-mêmes évoluent. Dès 1986, c’est le passage progressif au numérique, les disques compacts remplacent les disques vinyles, et en 1987, les studios décentralisés sont désormais reliés par des liaisons Numéris. C’est le cas de l’abbaye Notre-Dame de Randol, qui sera la première abonnée du Puy-de-Dôme et lui vaudra, à ce titre, d’être à la une de la presse spécialisée et de France Info. En 1991, l’utilisation du DAT remplace celle de la bande magnétique analogique. La direction de Radio Espérance fait l’effort d’une formation interne des animateurs pour l’amélioration de la qualité et de l’harmonie des programmes, dont le besoin se faisait sentir depuis longtemps.

En 1994, les premiers PC entrent en studio et apportent, par l’intermédiaire de leur carte audionumérique et de leur logiciel, un changement dans les méthodes de travail : monter et enregistrer les émissions permet de gagner en qualité et en souplesse de travail.

1996 est une année de gros investissements. Radio Espérance installe le système Dalet et étend son utilisation du numérique. Ce système permet de monter les émissions, de traiter les informations, de les stocker, et de les diffuser avec une qualité et une facilité qui ne cessent de s’accroître (400 heures de stockage au début, pour arriver progressivement à 5000 heures aujourd’hui). Le 1er août de la même année, Radio Espérance inaugure sa station d’émission satellite. Celle-ci permet de relier le studio de Saint-Étienne, via le satellite, aux différents émetteurs, par transmission numérique.

Depuis de nombreuses années, Radio Espérance pratique chaque année « la dîme » pour aider des radios chrétiennes dans des pays en voie de développement. Ce regard sur la pauvreté l’a amenée à monter « l’opération Carême » qui consiste à rassembler les aumônes de Carême des auditeurs. La première opération a eu lieu en 1994. Ces dernières années, cet effort s’est surtout dirigé vers des communautés chrétiennes d’Orient qui, par suite de la situation dans leurs pays, sont en grande souffrance.

Les années sombres

Le début des radios privées fut, pour toutes, une vraie période de liberté. Mais les premiers développements de Radio Espérance furent accompagnés d’incompréhension de la part des hautes instances régulatrices. Deux émetteurs furent saisis, en Beaujolais (septembre 1990), puis dans la vallée du Rhône (août 1991). Après injonctions au début de l’année 1991, celui de Mâcon fut arrêté. Procès, jugement, condamnation des responsables de Radio Espérance, et finalement clémence des juges devant la détresse des auditeurs privés de leur radio.

Durant ces années difficiles, les auditeurs ne cessèrent d’exprimer leur soutien.

L’affermissement de Radio Espérance

À travers la solidité doctrinale et la richesse spirituelle, Radio Espérance veut affermir toujours plus sa ligne éditoriale. En octobre 1993, une commission doctrinale est mise en place. Radio Espérance s’enracine dans des lieux comme Ars en octobre 1992, Paray-le-Monial en février 1991, Randol en décembre 1988 ; gage de durée et de sérieux. Quelques salariés sont engagés.

Des liens réguliers sont entretenus avec Radio Vatican par la retransmission des Angélus dominicaux, du chapelet du premier samedi du mois et de différents reportages internationaux. La création du bulletin « Saint-Siège actualité », le 15 décembre 1992, illustre la préoccupation de mieux intégrer l’information religieuse dans la programmation.

Cet affermissement nécessite, en 1994, le développement de l’équipe des permanents : celle-ci passe de trois à sept salariés.

Changement d’adresse

Un nouveau déménagement doit être envisagé : les locaux de la rue Buisson sont transformés en maison de retraite. Après plusieurs recherches infructueuses, c’est l’acquisition d’un immeuble, convenant parfaitement pour la radio, avenue Benoît Charvet à Saint-Étienne.

Grâce, encore une fois, à l’aide des auditeurs, cette acquisition va pouvoir se réaliser. Plus de 1600 auditeurs vont participer à une souscription ouverte à cet effet. Et le 10 novembre 1997, Radio Espérance emménage à cette adresse, où elle est encore aujourd’hui. Après quelques travaux indispensables, elle a pu fêter dignement son quinzième anniversaire dans ses nouveaux locaux. Un oratoire, avec la garde du Saint Sacrement autorisée par Mgr Joatton, évêque de Saint-Étienne, permet à tout moment de se recueillir et de se tourner vers Dieu.

L’élan du Grand Jubilé

2000 ans de christianisme ! En 1997, 98 et 99, Radio Espérance, dans le sillage du pape Jean-Paul II, a préparé radiophoniquement ce Grand Jubilé. Cette année 2000 est particulièrement riche en retransmissions : ouverture de la Porte Sainte, cérémonies jubilaires célébrées à Rome et dans les diocèses, pèlerinage du Saint-Père en Terre Sainte, pèlerinages dans différents lieux jubilaires, chroniques et magazines « spéciaux Jubilé ».

Une équipe part en Terre Sainte pour organiser un grand pèlerinage radiophonique pour les auditeurs, et particulièrement pour les personnes qui ne peuvent, pour une raison ou une autre, se déplacer. Ce grand reportage est l’occasion d’acquérir une valise satellite Imarsat-M4, elle permet de retransmettre à partir de n’importe quel endroit, même au cœur du désert.

Ce sont, au total, en direct :

  • 47 retransmissions de cérémonies romaines,
  • 22 sanctuaires visités en France et en Europe,
  • 10 jours de pèlerinage en Terre Sainte, dans 22 lieux saints

Pour gérer au mieux ce « Grand Jubilé », Radio Espérance édite un calendrier de l’an 2000 qui comporte un grand nombre d’informations. Ce calendrier s’étant révélé un précieux outil, l’opération sera renouvelée.

Cette année jubilaire donnera à Radio Espérance un nouvel élan de ferveur et de service.

Radio Espérance participe à la préparation de la rencontre d’Assise suscitée par Jean-Paul II, en janvier 2002, par 36 jours de prière particulièrement intense pour la paix.

L’été, c’est six semaines de retransmissions des « sessions d’été ». Un nouveau studio mobile est installé, en juin 2002, dans une camionnette.

À l’automne 2002, en complément d’une volonté d’enracinement dans les églises locales et de la mise en valeur de la vitalité de l’Église, avec ses joies, ses peines, ses souffrances, un bureau est ouvert à Jérusalem en juin, et un autre à Rome en octobre. Jérusalem et Rome ! Deux pôles de la chrétienté.

Depuis 2003, au mois de mai, mois de la Vierge Marie, une équipe se déplace pour la visite de sanctuaires mariaux, en France, ou dans les pays voisins.

Le départ de Jean-Paul II et l’arrivée de Benoît XVI

Après la retransmission du dernier pèlerinage du Pape à Lourdes, en août 2004, Radio Espérance a aussi retransmis, en direct, en avril 2005, la mort de Jean-Paul II, les grands événements et toutes les célébrations qui ont précédé et suivi cette mort. Tout cela, en intégralité. Il en a été de même, au mois de mai, pour l’ouverture du conclave et l’élection du pape Benoît XVI.

Une nouvelle étape : la Fondation Radio Espérance

Après 25 ans, le développement de l’activité radiophonique en direction d’un public de plus en plus varié non seulement en France, mais en Europe et en Afrique de l’Ouest, nous a démontré la nécessité d’une structure d’aide et de soutien plus appropriée.

La « Fondation Radio Espérance » est aujourd’hui le moyen de garantir le développement et la pérennité de l’œuvre voulue par les fondateurs de Radio Espérance, en lui conservant ses deux pôles indissociables que sont :

  • la communication sociale par le biais de la radiophonie,
  • l’aide aux pays en voie de développement grâce au soutien du réseau des auditeurs.

La « Fondation Radio Espérance » est reconnue comme établissement d’utilité publique par le décret du 28 août 2007 publié au journal officiel du 30 août 2007.

Après un quart de siècle, le regard sur l’avenir

« Les instruments de communication sociale sont actuellement la voie la plus favorable pour la création et la transmission de la culture. Le monde des mass-médias, à la suite du développement accéléré des inventions et de leur influence sur la formation de la mentalité et des mœurs, représente une nouvelle frontière de la mission de l’Église. » Cette parole de Jean-Paul II, dans sa lettre « Christifideles laïci », conforte Radio Espérance dans sa mission.

  • Un quart de siècle de programmation radiophonique dans une même ligne éditoriale !
  • Un quart de siècle d’engagement d’hommes et de femmes au service d’une radio différente des autres ! Aujourd’hui, 80 coopérateurs bénévoles et une quinzaine de collectivités coopératrices engagés pour une fonction régulière, des intervenants (chroniqueurs, prédicateurs, conférenciers, intermittents du spectacle), 10 salariés.
  • Un quart de siècle d’équipements et installations ! Un immeuble, propriété de la radio de 400 m2 dans un parc de verdure, deux studios décentralisés, six mini studios, un bureau à Rome et à Jérusalem, huit sites d’émission.
  • Un quart de siècle d’évolutions techniques toujours à la pointe du progrès !
  • Un quart de siècle de financement par les dons des auditeurs ! Un quart de siècle de générosité et de fidélité de leur part !

Radio Espérance, une réalité différente dans le PAF. Une réalité qui entend bien poursuivre son développement et continuer à transmettre, pour la plus grande joie de ceux qui l’écoutent, le Bien, le Beau, le Vrai, dont l’homme d’aujourd’hui est trop souvent privé.

 

Au delà de la FM

La radio numérique par satellite

En décembre 2002, un grand pas en avant est franchi, un pari audacieux sur l’avenir. Il s’agit de la diffusion dans le bouquet de radios numériques par le satellite Afristar de WorldSpace. Par le moyen d’un récepteur à réception satellite, équipé d’une petite parabole, ce système permet d’écouter Radio Espérance en Europe, et dans une grande partie de l’Afrique et du Moyen-Orient. C’est un système simple, portable, efficace, peu encombrant, avec les avantages du son numérique.

La radio numérique par satellite nous a aussi permis de constater en France l’énorme besoin et l’attente d’auditeurs potentiels agacés par les contraintes de la réception satellite : comme la nécessité d’être en vue directe du satellite et le prix et la complexité de fonctionnement des récepteurs.

Cette constatation, cette exigence d’une réception aisée de nos programmes est à l’origine de notre demande de couverture nationale.

Internet

Le développement du support Internet s’accompagne de l’essor de nouvelles méthodes de diffusion pour les programmes audio.

À partir d’une connexion internet en haut débit, l’internaute à la possibilité de se rendre sur le site internet de Radio Espérance. Là, il peut écouter la radio en direct, mais aussi des programmes spécifiques : les webradios. Elles sont actuellement au nombre de quatre. Il s’agit de « Radio Espérance 100% Parole de dieu », « Radio Espérance 100% Louange-adoration », « Radio Espérance 100% Musique sacrée » et « Radio Espérance 100% Enseignement ». Ainsi, une webradio se définit par la déclinaison thématique des programmes.

Ces actions menées à petite échelle sont amenées à se développer. L’objectif est de poursuivre la multiplication des programmes proposés et ainsi répondre à une attente personnelle de l’internaute.

La radio numérique terrestre, un nouveau média

C’est avec enthousiasme que nous avons accueilli l’arrivée de la radio numérique terrestre, qui nous l’espérons permettra une couverture nationale de Radio Espérance. Elle apporte des innovations dans la qualité et l’offre du service avec la possibilité d’utiliser des données associées.

Participation aux expérimentations

La participation aux expérimentations tant à Paris qu’à Lyon nous a permis de tester et valider les « outils » nécessaires à la production de l’audio et des données associées, ainsi que la diffusion d’un programme de radio numérique terrestre.

 

Quelques dates

  • 8 décembre 1982 : Première émission de Radio Espérance à Saint-Étienne.
  • 31 décembre 1982 : après les 12 coups de minuit, 1er chapelet de l’année, précédé du Te Deum.
  • Semaine Sainte 1983 : Première Passion réalisée par les animateurs de Radio Espérance.
  • Juin 1983 : Installation de la radio au 9 de la rue Buisson.
  • 14-15 août 1983 : Retransmission de l’intégralité du voyage du pape à Lourdes, seul média à avoir diffusé, en direct, l’ensemble du voyage.
  • 13 février 1985 : Rencontre des fondateurs de Radio Espérance avec le Saint-Père : « Je suis avec vous. Je prie avec vous. Continuez ! »
  • 25 décembre 1985 : Première Messe de minuit.
  • Semaine Sainte 1986 : Diffusion de tous les offices de la semaine, en direct de la chapelle de l’Immaculée Conception à Saint-Étienne.
  • 25 décembre 1986 : Messe du jour de Noël et Messe de minuit.
  • Lundi de Pentecôte : Première messe quotidienne retransmise à la radio (début de l’année mariale).
  • 25 décembre 1987 : Les trois messes et les vêpres sont diffusées.
  • 31 décembre 1987 : Première « Nuit de l’Espérance » de 1 h à 6 h du matin qui suit le réveillon traditionnel.
  • 1er janvier 1988 : Première retransmission de la messe pour la Paix, en direct de Rome.
  • Pâques 1988 : Première « Bénédiction Urbi et Orbi ». Triste constat : Radio Espérance est la seule radio française à diffuser cette cérémonie.
  • 8 décembre 1988 : Premières vêpres commentées, en direct de Randol, diffusées tous les dimanches et jours de solennité.
  • Semaine Sainte 1989 : De la cathédrale Saint Charles, retransmission des offices du Jeudi et Vendredi Saint et du Dimanche de Pâques.
  • août 1989 : Début de l’émission : « Évangile en langue arabe ».
  • août 1989 : 1ères J.M.J. à Saint-Jacques de Compostelle
  • 12-13 octobre 1989 : Premier reportage en direct de Fatima, en la présence de Monseigneur Joatton, évêque de Saint-Étienne.
  • 8 décembre 1989 : Inauguration et bénédiction du studio Saint Gabriel à Randol, à l’occasion du 7ème anniversaire de la radio.
  • 21-22 avril 1990 : Voyage du Pape en Tchécoslovaquie, retransmission en direct de deux cérémonies : messe à Prague et à Velhérad.
  • 14 au 25 juin 1990 : Neuvaine du Sacré Cœur en direct de la chapelle de la Visitation à Paray-le-Monial.
  • 11 juillet 1990 : Fête de Saint Benoît : première diffusion des laudes quotidiennes en direct de Randol.
  • 26 mai 1991 : Inauguration des studios de Paray-le-Monial. Mise en place d’une structure complémentaire entre Paray-le-Monial et Saint-Étienne.
  • À Roanne, arrêt des émissions en direct et lancement de l’atelier de création radiophonique.
  • 23 février 1992 : Monseigneur Séguy assure un enseignement tous les samedis.
  • Jeudi, Vendredi Saint : Évocation de la Passion du Seigneur en direct. Trente trois heures vécues en temps réel, sur un texte écrit spécialement pour Radio Espérance.
  • 9 octobre 1992 : Inauguration du studio d’Ars, première émission en direct d’Ars : « Un prêtre vous répond ».
  • 15 décembre 1992 : Première émission « Saint-Siège actualité ».
  • 25 janvier 1993 : Début des retransmissions des magazines de Radio Vatican.
  • 11 février 1993 : Retransmission depuis Lourdes de la 1ère journée mondiale du malade.
  • 2 mai 1993 : Angélus avec le Pape, tous les dimanches.
  • 1er janvier 1994 : Première nuit de prière en direct de Châteauneuf de Galaure.
  • 16 février 1994 : Mercredi des cendres. Première « prédication continue », un quart d’heure toutes les heures, de 9 h à 20 h 30.
  • Carême 1994 : 1ère opération carême – aide à une école à Haïfa.
  • 13 mai 1994 : Départ pour Rome de 850 cartes écrites par les auditeurs, souhaitant au Saint-Père un prompt rétablissement.
  • 5 mars 1995 : En direct d’Ars, 1ère émission avec les séminaristes d’Ars.
  • Juin 1995 : Retransmission, depuis Paray-le-Monial, de la neuvaine du Sacré-Cœur.
  • Juin 1996 : Mise en place des veillées en direct de la Visitation, la veille de chaque 1er vendredi du mois.
  • 1er novembre 1996 : À l’occasion du Jubilé sacerdotal du Pape Jean-Paul II, les auditeurs lui ont offert 1570 célébrations de messes.
  • 21 novembre 1996 : Radio Espérance est érigée en association privée de fidèles.
  • 10 novembre 1997 : Installation avenue Benoît Charvet.
  • année 2000 : Mise en place de la balise horaire.
  • 28 février 2001 : Vêpres quotidiennes.
  • juin 2001 : Veille de solennité, veillée de prière animée par la communauté de la Croix Glorieuse.
  • juillet – août 2001 : Retransmission à travers la France des sessions d’été des Communautés Nouvelles (Lourdes, Lisieux, Pontmain, Paray-le-Monial, Festival Saint Jean).
  • août 2002 : Création du bureau de Jérusalem.
  • septembre 2002 : Création du bureau de Rome.
  • 19 décembre 2002 : 1ère émission retransmise sur le satellite WorldSpace.
  • 28 avril 2003 : Au lendemain de la fête de la Divine Miséricorde, mise en place de « L’heure de la Miséricorde » chaque jour à 15 heures.
  • 16 octobre 2003 : 25 ans de Pontificat de Jean Paul II. Une gerbe de plus de 2100 messes lui a été offerte par les auditeurs à cette occasion.
  • 8 décembre 2003 : Mise en place de la corbeille dans l’oratoire pour recevoir les intentions de prières des auditeurs.
  • 24 janvier 2004 : 1ère veillée de prière pour l’unité des chrétiens à la chapelle de l’Immaculée Conception.
  • 13 septembre 2004 : Signature de l’acte de fondation de la Fondation Radio Espérance.
  • novembre 2004 : Introduction des clausules au chapelet, le dimanche et fête du Seigneur.
  • Avent 2004 : Introduction de l’invocation des justes de l’Ancien Testament.
  • Carême 2005 : Vénération de la Croix à Notre-Dame de Paris.
  • mars 2005 : Monastère invisible de Radio Espérance.
  • 2 avril 2005 : Décès de Jean Paul II.
  • mars 2007 : Hymne acathiste chanté solennellement.
  • 12 septembre 2007 : Studio de Bordeaux, 1er studio avec liaison codec Numéris.
  • 28 août 2007 : Promulgation par décret de la Fondation Radio Espérance.
  • 8 décembre 2007 : 25ème anniversaire de Radio Espérance.
  • 2 au 6 avril 2008 : Congrès de la Miséricorde à Rome.
  • 15 au 22 juin 2008 : 49ème Congrès Eucharistique International, depuis Québec au Canada.
  • septembre 2008 : utilisation pour la 1ère fois de la technologie 3G lors du pèlerinage en Terre Sainte.
  • mi-novembre 2008 : nouvelle Web Radio : « Radio Espérance – 100% Parole de Dieu ».
  • 3 octobre 2014 : 1e messe en direct du Sanctuaire de la Miséricorde Divine à Vilnius (tous les 1ers vendredis du mois)